Narcissisme de vie, narcissisme de mort par André Green

Narcissisme de vie, narcissisme de mort

Titre de livre: Narcissisme de vie, narcissisme de mort

Éditeur: Minuit

Auteur: André Green


* You need to enable Javascript in order to proceed through the registration flow.

Primary: Narcissisme de vie, narcissisme de mort.pdf - 22,820 KB/Sec

Mirror [#1]: Narcissisme de vie, narcissisme de mort.pdf - 50,326 KB/Sec

Mirror [#2]: Narcissisme de vie, narcissisme de mort.pdf - 29,619 KB/Sec

André Green avec Narcissisme de vie, narcissisme de mort

Livres connexes

Le regain d’intérêt pour le narcissisme dans la théorie psychanalytique justifie la publication de ce recueil d’articles, tous centrés sur cette question, l’une des plus énigmatiques de la psychanalyse. Freud, après avoir introduit le narcissisme en 1914, devait se désintéresser de ce concept qu’il avait brillamment développé quand il eut procédé aux remaniements théoriques amorcés autour de 1920 qui donnèrent naissance notamment à la dernière théorie des pulsions (opposition des pulsions de vie et des pulsions de mort), à la deuxième topique de l’appareil psychique (Ça-Moi-Surmoi), à sa nouvelle conception de l’angoisse, etc.
Après une période d’oubli, ce concept en déshérence fut remis en honneur en France depuis déjà un certain nombre d’années, tandis que l’Amérique sembla redécouvrir récemment son existence. André Green, qui n’a cessé de s’intéresser à ce problème depuis 1963, est cependant un des rares auteurs – sinon le seul – à avoir tenté d’articuler la théorie du narcissisme avec celle de la dernière théorie des pulsions. Alors que le narcissisme n’est généralement envisagé que sous ses aspects positifs, par lesquels on le rattache aux pulsions sexuelles de vie, il montre la nécessité de postuler l’existence d’un narcissisme de mort, qu’il appelle le narcissisme négatif. À la différence du premier, qui vise l’accomplissement de l’unité du Moi, le second tend au contraire à son abolition dans l’aspiration au zéro.

Cet ouvrage est paru en 1983.